BACK

C’est la fin de l’été 2019. Manon et Thomas, deux jeunes artistes français, récoltent les légumes de leur jardinière.
Irene et Mick, artistes aussi, irlandais, partent à la cueillette de plantes sauvages de leurs contrées. Un mystérieux phénomène spatio-temporel s’empare alors des corps et propulse Irene et Mick en France, dans un appartement peuplé de végétaux en pots et de cultures de bactéries en bouteilles. Des tomates roulent, comme cueillies d’une main de fantôme, le long d’une jardinière.
Manon et Thomas se relèvent quant à eux dans un paysage côtier qui leur est familier et étranger à la fois. D’inquiétants mirages vibrent au dessus de la ligne d’horizon, telles des matérialisations visuelles du télescopage entre l’ici et l’ailleurs, entre le fictionnel et le réel, qui vient de s’opérer.
Lorsqu’ils découvrent des cultures de bactéries semblables aux leurs dans une ancienne Guesthouse abandonnée, ils ne se doutent pas que leur côté, Irene et Mick s’affairent déjà en cuisine pour procéder à une multiplication des bactéries.
De plus en plus d’artistes sont contaminé·e·s des deux côtés de la Manche, provocant la création compulsive d’étranges signaux lumineux, sonores et culinaires…
S’agit-il de nouvelles voies de communication ouvertes par les bactéries ou d’une colonisation visant à réduire l’humanité en esclavage ? Quel but suprême poursuivent les artistes en laissant la contamination se propager ? Sont-ils encore eux-mêmes ou deviennent-ils autres ? Le monde pourra-t-il être sauvé ?

FR

A GUEST + A HOST = A GHOST

End of summer 2019. Manon and Thomas, two young French artists, are harvesting vegetables from their window boxes.
Irene and Mick, artists also, Irish, are collecting wild plants in the countryside. Suddenly, a mysterious spatio-temporal phenomenon seizes the bodies and propels Irene and Mick to France, into an apartment populated with potted plants and cultures of bacteria in bottles. Tomatoes roll, as if picked by ghost's hands, along a window box.
Manon and Thomas find themselves in a coastal landscape that seems familiar and foreign at the same time. Disturbing mirages vibrate above the horizon, like visual materializations of the propulsion from there to here, from the real to the fictional, that had just taken place.
When they discover cultures of bacteria similar to their own ones in an old abandoned guesthouse, they do not suspect that Irene and Mick are already busy in the kitchen to multiply the bacteria in France.
More and more artists are contaminated on both sides of the Channel, provoking the compulsive creation of strange light, sound and food experiments…
Are these new ways of communication opened up by the bacteria or is it a colonization aimed at reducing humanity to cultural slavery? What supreme goal do the artists pursue by letting the contamination spread? Are they still themselves or did they become something else? Can the world be saved?

EN

A GUEST + A HOST = A GHOST